Actualités,  Coopération décentralisée,  Économie numérique,  Intelligence économique,  L'Afrique de demain,  Les quartiers numériques français,  Prospective,  Thématiques

Le Projet de « Smart Diamniadio » à Dakar

Le Projet de « Smart Diamniadio » à Dakar

Sous la direction de la Délégation Générale des pôles urbains du Sénégal, propose de construire la plus grande ville d’Afrique subsaharienne pour décongestionner Dakar en stimulant la croissance économique sénégalaise. Ce modèle de ville intelligente et durable en Afrique est porté par le privé. Située près de l’aéroport de Dakar, sur une superficie globale d’environ 1 600 Ha, la ville accueillera 350 000 habitants sera une véritable vitrine pour le pays. Le lancement du projet sera pour la période 2022/2023.

Quatre jours d’ateliers collaboratifs ont été prévus pour co-construire le volet numérique de cette ville vitrine à Dakar et ceci dans le cadre d’un financement FASEP(1)  par l’Etat français, comme chef de file d’un projet gouvernemental au Sénégal, dénommé « Smart Diamniadio ». Plus de 200 participants – DGPU , Ministères, promoteurs, opérateurs, exploitants, … Ils examineront sur la connectivité, le développement durable et le cadre de vie : sécurité, relation citoyen, mobilités, la gestion de l’eau, d’assainissement, d’électricité, d’éclairage public et de déchets…

Dans ce contexte, le ministre Délégué Général à la Promotion des Pôles Urbains de Diamniadio et Lac Rose, a souligné que la ville intelligente n’est pas une question d’infrastructures, mais d’usages, de pratiques et de gouvernance. Plus de 250 milliards mobilisés pour participer à la construction de la ville futuriste de Diamniadio.

On a déjà procédé au lancement des travaux du Centre national d’Oncologie de Diamniadio d’un coût global de près de 54,9 milliards de FCFA, financé par l’État et le fonds de coopération pour le développement économique de la République de Corée, à travers la Korean-EXIM BANK.

Bâti sur une superficie de 3 hectares, cet édifice sanitaire sera doté d’équipements de pointe et disposera de toutes les spécialités sollicitées pour le traitement du cancer.

Après la phase de diagnostic interne de la mission d’élaboration du Plan Stratégique de Développement (PSD) de la Délégation Générale à la Promotion des Pôles Urbains de Diamniadio et du Lac Rose (DGPU) ‘2). Le processus dont le lancement a été effectué, le 23 septembre 2021, suivra un plan de travail qui s’étendra sur une durée de 2 mois afin de mener des réflexions approfondies sur différents thèmes. Il s’agit de la gouvernance, la planification spatiale et l’aménagement du foncier, la construction d’une ville durable, les voiries et réseaux divers, infrastructures, équipements et édifices, le financement des investissements et enfin la promotion de l’économie locale. L’institution se présente comme un outil de valorisation du territoire des pôles dont elle a la charge, dans l’optique de mise en place d’établissements humains socialement vivables, économiquement équitables et écologiquement viables.

Le pôle du Lac rose est constitué de son plan d’eau de surface et de sa zone d’influence limitée au nord par l’océan atlantique, à l’ouest par l’agglomération dakaroise, au sud par la route des Niayes et à l’est par la limite administrative de la région de Dakar. Il se structure autour de son écosystème humide très spécifique qui lui confère une dimension touristique internationale et des projets de pôles urbains du Lac rose, de Déni Biram Ndaw et Diacksao Bambilor.

Compte tenu de la fragilité de son écosystème, les projets de développement de pôles urbains devront promouvoir une urbanisation durable de la zone afin de préserver l’écosystème et gérer les risques sur les populations. Afin d’accompagner la mise en œuvre de ce projet, il est recommandé de mettre en place l’intercommunalité du Lac rose regroupant les communes de Bambylor, Tivaouane Peulh-Niaga et Sangalkam. Les objectifs spécifiques poursuivis du pôle du Lac rose sont :

1.           Préserver et valoriser le lac Rose ;

2.           Promouvoir une urbanisation durable de la zone ;

3.           Améliorer la gouvernance territoriale.

Le plan d’aménagement spécifique devra, d’une part, définir les différentes options d’aménagement pour une meilleure préservation de l’écosystème du lac et une valorisation de ses potentialités (tourisme, activités nautiques, activités de loisirs…) et déterminer les conditions d’exercice des différentes activités liées au lac.

Les sénégalaise ne voient aucune possibilité que cette ville devienne intelligente avec ses infrastructures indépendantes les unes des autres et mal adaptées au contexte du Sénégal. À Dakar, il y a une forme d’anarchie, le rendu n’est pas assez catastrophique, mais entre-temps l’identité architecturale se perd. Il y a beaucoup de règles qui ne sont pas respectées dans les constructions. Diamniadio n’est pas une smart city, c’est une cohésion, un respect local, un respect de l’homme, respect de la culturedu pays…

[1] Fonds d’études et d’aide au secteur privé de la Direction générale du Trésor sont destiné à tous types d’entreprises et prioritairement les PME, le FASEP est une subvention (ou une avance remboursable) pour financer des études de faisabilité ou la démonstration de technologies vertes et innovantes.

Le FASEP est un fonds destiné à financer des études de faisabilité ou des démonstrateurs au bénéfice d’autorités publiques étrangères dans les pays en développement. Il s’agit d’un don ou d’une avance remboursable destiné à amorcer des projets menés par les entreprises françaises, dans un double objectif de soutien à l’export et d’aide aux pays en développement.

2 Pôle Urbain de Diamniadio et du Lac Rose

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *